Catégories

Articles populaires

Vos chouchous

Masques en tissu: info ou intox?

 

ARTICLE MIS A JOUR LE 31 MARS 2020, sur la base du guide AFNOR SPEC S76-001 daté du 27 mars 2020, concernant la confection artisanale de masques barrière ainsi que de la note de l'ANSM en date du 24 mars 2020.

 

Depuis le début du confinement en France, les appels à la confection de masques en tissus se multiplient sur le net. Mais les infos qui circulent sur le sujet disent un peu tout et son contraire.

Avant de diffuser quoi que ce soit ici, j’ai voulu trier le vrai du faux. J’ai lu tous les articles sérieux que j’ai pu trouver sur le net, j’ai décortiqué les résultats de tests d’efficacité des masques en tissu (car oui, il en existe), et j’ai longuement questionné une amie médecin au CHU de Bordeaux.

 

La réponse est sans appel : tous à vos machines, il est urgent de coudre des masques en tissu !

TELECHARGER LE TUTO ICI

Pour proposer vos masques ou trouver des structures dans le besoin et proches de chez vous, rdv ici

Vous pouvez également coudre des blouses en tissu: pour tout savoir et apporter votre aide, rdv ici ou .

 

Mais je reviens de loin. Car pour tout vous dire, j’étais initialement plus que sceptique sur l’utilité réelle de ces masques.

Mon avis a commencé à changer lorsqu'une amie m’a contactée : elle est infirmière à Charles Perrens, hôpital psychiatrique à Bordeaux. Et aussi invraisemblable que cela puisse paraître, ils n’ont aucun matériel de protection. Certaines équipes vont jusqu’à recouvrir leurs vêtements de sacs poubelle pour essayer de se protéger et de protéger leur environnement… c’est dire… Elle m’a contactée pour savoir si je pouvais coudre quelques masques, pour elle comme pour ses patients, tant le matériel manque. Certes, ces patients ne se rendent pas dans cet hôpital pour être soignés du Covid-19, mais le virus y circule. Et il est impératif de se protéger les uns les autres.

En plus de cet appel, mes nombreuses lectures m‘ont aidé à y voir clair. Je vais essayer de vous résumer ici les informations essentielles sur le sujet.

 

COMPRENDRE LES FACTEURS DE TRANSMISSION DU COVID-19

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le virus se transmet par gouttelettes respiratoires expulsées par le nez ou par la bouche. Elle rappelle alors qu'il est peu probable de contracter le Covid-19 en se promenant dans la rue, à moins qu'un malade ne tousse ou n'éternue à moins d'un mètre de vous. Concernant la transmission par les objets, elle est possible, car le virus peut survivre plusieurs heures sur les surfaces, mais cela reste rare, comme le souligne le bactériologue Xavier Nassif.

Le Covid-19 a la particularité d’être très contagieux : en effet, une personne contaminée peut transmettre la maladie jusqu'à 2 semaines avant l'apparition des symptômes. Sans parler des porteurs sains qui, sans avoir de symptômes, peuvent néanmoins transmettre la maladie.

Toutefois, un porteur sain serait moins contagieux par rapport à une personne qui présente des symptômes puisqu'il ne tousse et n'éternue pas. " Quelqu'un qui n'a pas de symptôme certes pourrait être porteur mais finalement a peu de moyens de diffuser le virus", indique Jérôme Salomon, directeur général de la Santé.

 

COMPRENDRE LES DIFFÉRENTS TYPES DE MASQUES

Avant tout, je pense qu’il est important de comprendre les différents types de masques, résumés dans ce tableau :

 

Ainsi, il faut bien comprendre qu’un masque en tissu, aussi appelé masque barrière, n’est pas un dispositif médical. Cependant, il peut agir tel une première barrière qui va retenir partiellement les projections de gouttelettes et évitera les contacts main-bouche. Il va donc améliorer vos gestes barrière et ainsi protéger votre environnement.

Mieux vaut cela que rien du tout mais ATTENTION A LA FAUSSE IMPRESSION DE SÉCURITÉ !!

 

MASQUE EN TISSU ET PRÉCAUTIONS D’UTILISATION

Les masques en tissus sont décriés par certains médecins pour la fausse impression de sécurité qu’ils procurent à ceux qui n’auraient pas connaissance des précautions d’utilisation.

S’ils sont mal utilisés, ils peuvent devenir inefficaces et dangereux.

Car comme l’OMS le souligne pour les masques FFP2 et les masques chirurgicaux, les masques en tissus doivent également suivre ces règles : "le masque n’est efficace que s’il est associé à un lavage des mains fréquent avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon". Ensuite, le masque doit "recouvrir le nez et la bouche et être ajusté au mieux sur votre visage. Il ne faut absolument pas toucher le devant quand il est porté. »

Ainsi, il convient:

  •  de se laver les mains avant et après avoir manipulé son masque, qu'il s'agisse de le mettre ou de l'enlever,
  • de ne jamais toucher son masque une fois en place,
  • de le stocker dans un sac plastique propre en attendant le lavage.

 

UN MASQUE EN TISSU EST-IL VRAIMENT EFFICACE ?

Le 27 mars 2020, l'AFNOR (Association Française de Normalisation) publiait un guide destiné aux professionnels comme aux particuliers concernant la conception des masques barrières, fruit d'une concertation de plus de 150 experts. On y comprend qu'un masque barrière est une mesure barrière supplémentaire permettant de limiter la transmission du virus. Il n'est donc pas dénué d'intérêt dans un contexte de pénurie de masques. Pour télécharger le communiqué officiel de l'AFNOR, rdv sur cette page. Votre inscription vous permettra en outre de recevoir automatiquement les éventuelles mises à jour.

D'autre part, je vous livre ici les liens vers 3 études réalisées avant 2019, ainsi qu’un bref résumé de leurs conclusions :

-  Les masques en tissu peuvent-ils protéger contre le coronavirus ?
Conclusions : Les masques en coton faits maison ont capturé 50% des particules de 0,02 à 1 micron, contre 80% pour le masque chirurgical. Bien que les masques chirurgicaux aient capturé 30% de particules en plus, les masques en coton se sont étonnamment bien comportés. Les chercheurs ont conclu que les masques faits maison seraient mieux que rien.
Les résultats ont montré que l'humidité et le temps avaient très peu d'impact sur l'efficacité pour aucun des masques.

- Quels sont les meilleurs matériaux à utiliser pour la confection d'un masque en tissu ?
Conclusions : les tissus ont été testés selon leur capacité à retenir les particules et leur respirabilité. Les chercheurs ont conclu que le coton épais est le meilleur choix. Ce matériau filtre environ 50% des particules de 0,2 micron. Il est aussi facile de respirer à travers un masque en coton épais qu’à travers les masques chirurgicaux, ce qui les rend plus confortables à porter pendant plusieurs heures. Le fait de doubler les couches de matériau de votre masque augmente très légèrement l'efficacité de la filtration, mais peut rendre le masque plus difficile à respirer.

- Dans quelle mesure les masques professionnels et faits maison protègent-ils contre les infections respiratoires ? (étude menée en 2008 pendant l'épidémie du SRAS) Conclusions : les masques chirurgicaux offrent environ deux fois plus de protection que les masques faits maison. Les masques FFP2 procurent environ 50 fois plus de protection que les masques faits maison et 25 fois plus de protection que les masques chirurgicaux.

 

A QUI S’ADRESSENT LES MASQUENT EN TISSU ?

Les masques en tissu sont acceptables pour les sujets asymptomatiques qui ont vraisemblablement une charge virale faible à nulle, à conditions de respecter les précautions d’utilisations détaillées plus haut.

Ils peuvent s’avérer très utiles, en cas de pénurie, pour :
- les professionnels non soignants de l’hôpital
- les infirmiers libéraux
- les caissiers
- les employés de l’agroalimentaire
- le personnel des EHPAD
- le personnel en Mairie
- les employés postaux…

 

MATIÈRES

Quelque soit le tissu utilisé, il n’aura pas la capacité à arrêter le virus car ce n’est pas un dispositif médical. La taille du virus est si infime que seul un masque FFP2 sera capable de réellement le filtrer.

Un masque en tissu assurera néanmoins une protection partielle. Le plus important sera de ne JAMAIS toucher le masque une fois en place et de TOUJOURS se laver les mains AVANT et APRES l’avoir touché.

Concernant le tissu principal, la meilleure matière à utiliser sera le coton épais type popeline (cf conclusions des études détaillées ci-dessus).

D’autre part, pour le docteur Stéphane Gayet, du CHRU de Strasbourg, il faudrait glisser entre 2 couches de tissu un matériau permettant une filtration microscopique qui arrête les micro-gouttelettes émises par la toux, la parole forte ou un éternuement, par exemple du feutre, ou un filtre d’aspirateur.

Je me suis longuement arrêtée sur ce point car j'ai trouvé difficile de savoir précisément quel tissu utiliser.

D’après mes lectures, voici mes conclusions : le filtre intérieur doit être dans une matière intissée pour permettre une meilleure retenue des micro-gouttelettes. Un textile intissé (ou non-tissé) est « un textile dont les fibres sont aléatoirement disposées au moment de sa fabrication. Sa forme la plus ancienne semble être le feutre » (source ici).

On comprend donc que le filtre ne doit être ni en chaîne et trame (popeline, batiste, double-gaze, satin, etc…), ni en maille (jersey, molleton sweat, etc…).

Il peut exister 2 type de matériaux intissés :
- les lavables (à coudre entre 2 épaisseurs de coton): ouate, ouatine, certains molletons, feutrine à condition qu’ils soient fins (attention tous ne sont pas intissés)
- les jetables (à glisser à l’intérieur du masque et à jeter après chaque utilisation): nappe, set de table, taie d’oreiller jetable, filtre à café, lingette dépoussiérante antistatique

Pour savoir si votre matière est intissée, il faut observer sa structure. Et essayer de la déchirer: si elle se déchire (même difficilement) n'importe comment, et que de petites fibres s'en échappent, c'est que c'est de l'intissé. Si elle ne se déchire pas et que l'on peut apercevoir des lignes bien parallèles, ce n'est pas de l'intissé.

Le coton matelassé peut ainsi être une très bonne option puisque le matelassage est réalisé avec du molleton type ouatine. La condition sera donc d’avoir un matériau suffisamment fin pour ne pas gêner la respiration.

Vous pouvez retrouver sur ce lien une base de donnée assez complète de matières testées quant à leur capacité à laisser passer l'air (respirabilité) et à retenir les projections.

 

PATRONS DE MASQUES

Avant toutes choses, l’objectif d'un masque barrière est de couvrir de la bosse du nez jusque dessous le menton.

Dans l'avis de l'ANSM daté du 24 mars 2020, il est précisé que le masque en tissu "ne doit pas comporter de couture sagittale (verticale au niveau de la bouche et du nez)".

Il parait donc pertinent de penser, bien qu’aucun test n’ait été mené, qu’une couture verticale passant par le nez la bouche et le menton pourrait diminuer les performances des masques barrière. En particulier, le patron diffusé par le CHU de Grenoble serait donc plutôt à écarter. Néanmoins, si vous en avez cousu de cette forme, il ne faut pas les mettre à la poubelle pour autant... Il protégera peut-être moins, mais il reste néanmoins plus efficace que rien du tout.

Ainsi, la forme de masque à plis me semble être celle à retenir.

Je vous propose de télécharger ici un tutoriel que j'ai réalisé en essayant d'être aussi claire et précise que possible. J'espère qu'il vous permettra de gagner du temps !

TELECHARGER LE TUTO ICI

ENTRETIEN

D'après le guide AFNOR SPEC S76-001, il convient de laver son masque après 4h d'utilisation maximum à une température de lavage de 60° , avec un détergent classique, et avec un cycle de lavage de minimum 30 mn (mouillage + lavage + rinçage). Le séchage doit être complet et doit se faire de préférence dans un sèche-linge.

 

CONCLUSION

Ce qu’il faut donc retenir :

- un masque en tissu n’est pas un dispositif médical,

- un masque en tissu permet d’améliorer les gestes barrières : diminution du contact main-bouche,

- un masque en tissu permet d’éviter de contaminer les autres avec ses postillons,

- un masque en tissu permet d’insister sur la distanciation sociale : si l’on vous voit avec un masque, vous pouvez être certain qu’il y aura plus d’un mètre entre vous et les autres,

- coudre un masque tissu permet de prévenir la pénurie,

- coudre un masque tissu permet de préserver le stock de masques FFP2 et chirurgicaux pour les soignants,

- pour une bonne efficacité, il est préférable de choisir du coton épais pour le tissu extérieur et la doublure,

- pour une meilleure efficacité, un "filtre" dans une matière intissée doit être inséré entre les 2 premières épaisseurs,

- un masque en tissu ne vous dispense pas de vous laver les mains,

- pour être efficace, un masque en tissu doit se porter de la bosse du nez jusqu’en dessous du menton,

- avant de mettre votre masque, lavez-vous les mains et ne touchez plus au masque une fois en place !

- si je dispose de masques chirurgicaux ou FFP2, je les offre au personnel soignant.

 

SOURCES

https://www.afnor.org/actualites/coronavirus-telechargez-le-modele-de-masque-barriere/

https://www.entreprises.gouv.fr/covid-19/liste-des-tests-masques-de-protection

https://www.ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/e96eee7eaedc5ca9ca7d7a616d371a4e.pdf

https://www.ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/e96eee7eaedc5ca9ca7d7a616d371a4e.pdf

https://www.csfmodeluxe-masques.com/

https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/covid-19-strategie-de-gestion-et-d-utilisation-des-masques-de-protection

https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/port_masque_ps_ville.pdf

https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/coronavirus-un-medecin-du-chu-de-poitiers-vous-explique-comment-fabriquer-ses-propres-masques-158471217

https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/coronavirus-un-medecin-du-chu-de-poitiers-vous-explique-comment-fabriquer-ses-propres-masques-1584712177

https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/03/19/le-masque-de-protection-fait-maison-une-fausse-bonne-idee_6033687_4355770.html

https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/coronavirus/covid-19-informations-aux-professionnels-de-sante/article/covid-19-recommandations-de-protection-pour-les-personnels-de-sante

https://coutureetpaillettes.com/mes-coutures/masques-tissus-prevention-coronavirus

http://www.poledesante-bergerac.fr/node/332

https://www.sudouest.fr/2020/03/17/bergerac-en-mal-de-masques-les-professionnels-de-sante-donnent-le-mode-d-emploi-pour-en-coudre-7336482-1733.php

https://www.who.int/csr/resources/publications/swineflu/masks_community/fr

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/03/19/le-masque-de-protection-fait-maison-une-fausse-bonne-idee_6033687_4355770.html

https://www.bfmtv.com/sante/masques-en-tissu-faits-maison-contre-le-coronavirus-est-ce-vraiment-une-bonne-idee-1878678.html

https://www.ch-stbrieuc.fr/IMG/pdf/tutoriel_masque.pdf

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/coronavirus-covid-19-mieux-que-rien-fausse-bonne-idee-masques-tissu-sont-ils-vraiment-efficaces-1802942.html

61 réactions sur “Masques en tissu: info ou intox?”

  • Bonjour,
    je voudrais savoir si vous avez des informations sur la toxicité de l’utilisation de thermocollant (type Vliesline h250) et d’éventuelles complications respiratoires dûes aux colles utilisées pour agglomérer les fibres. Merci

    • Près discussion avec le fabricant, il est préférable de ne pas utiliser cette référence h250 mais plutôt le Vliesline L11, M12, S13 ou l’ILC, tous les 4 recommandés pour filtrer.

  • Bonjour j’ai pu acheter sur Amazon un masque qui est arriver très vite et que j’ai pu le tester avec une soufflerie a pollénine et ça a donné un score filtrant de 88.2% donc c un bon score même si l’AFNOR ne peut pas l’approuver moi j’en suis très content vu le prix est sa protection Voici le lien https://amzn.to/2yhblHj merci bonne journée

  • Bonjour.j habite a la reunion.et j’ai commencer a faire les masques en tissus .et je voulais savoir si je met une couche de tissus enduit avec une couche se tissu coton cnest ce que c’est bon.car il y a beaucoup d’information ms je sais si on peut utuliser un tissus enduit

  • Bonjour, puis je fabriquer des masques avec un pantalon stretch en tissu 98% coton 2% elasthanne ? Combien d’épaisseur dois je faire ? 1, 2 ?
    Merci de votre retour.
    Cordialement.

  • Bonjour,

    Je ne suis pas encore une bonne couturière. Je viens de faire le point sur les tissus que j’ai pour le tissu « filtre », j’ai de la ouate (comme pour une gigoteuse) et du poly coton, ça pourrait aller ?
    Pour les tissus « externes », c’est bon j’ai de la popeline.
    Par avance merci pour votre aide !
    Stephanie

  • Merci pour ce tuto, moi aussi j’étais sceptique… Mais aujourd’hui je me lance. Par contre j’ai téléchargé le tuto mais je n’ai plus d’encre aussi serait-il possible d’avoir les mesures des pièces du masque 3 plis ?

    • bonjour, je ne fais pas le modèle 3 plis car celui 2 plis est très facile sinon j’ai trouvé une variante de celui du CHU , sans couture centrale, on gagne donc des étapes. mes enfants travaillent en secteur médical et déconseillent les élastiques derrière les oreilles , préférant les liens ou les élastiques derrière la tete.

  • Si je glisse en plus a l’interieur du masque une piece de plastique fin type « sac poubelle » ou autre, est-ce que cela peut améliorer la protection ?

  • Bonjour et merci pour cet article tres bien détaillé. Je voulais vous apporter une suggestion pour le lavage ou sterilisation du masque:
    On ne pArle jamais du repassage. Or repasser pleine chaleur avec la vapeur plein gaz ça devrait faire l’affaire il me semble.
    Quid du sèche-cheveux cheveux qui monte aussi tres fort en température …
    Je dis ça pour les gens qui n’auraient pas le temps de laver mais surtout faire sécher …

    • D’après ce que j’ai lu (source : médecins), le sèche cheveux ou la vapeur du fer à repasser sont déconseillé, car si virus sur le masque, ceux ci seront dispersés dans l’air. Et donc risque de contamination.

  • Bonsoir et merci beaucoup, pour le tuto et surtout toutes ces recherches et le partage !
    je viens de télécharger le patron, je m’y mets des demain ! merci encore

  • Bonjour,
    J’ai une petite question : est-ce possible de remplacer le ruban par l’élastique? J’ai de l’élastique en stock mais pas de ruban….
    Merci pour votre réponse.

  • un grand merci pour ce travail de recherche et de mise à jour … moi aussi je faisais partie des sceptiques… bravo pour cette diffusion… je vais changer de patron alors et diffuser le lien vers cette page du blog!
    merci merci

  • Merci infiniment, je faisais partie des septiques … mais après lectures de toutes vos recherches, je vais en faire et les amener à la pharmacie de mon quartier qui les distribuera.
    Encore merci

  • Merci pour cet article. Et merci pour le partage du tuto.
    J’ai déjà cousu des masques selon le modèle du CHU de Grenoble, mais je pense m’en faire d’autres sur le modèle 3 plis, car je suis factrice et je courre tout le temps ^^ donc je change souvent de masque pour plus d’efficacité.

  • Vraiment très très contente de lire ces infos fiables, scientifiquement validées et de pouvoir enfin coudre des masques en connaissance de cause, en évitant des erreurs qui pourrait couter la vie !
    MERCI +++++++

  • Pour alimenter ta réflexion: https://www.sf2s-sterilisation.fr/wp-content/uploads/2020/03/Masque-de-type-I_-CHMS-Chambery-VD.pdf.
    La Société Française des Sciences de la Stérilisation conseille d’utiliser pour la confection des masques des feuilles de stérilisation SMS ou SMMS (avis du 22 mars sur les matériaux permettant la confection de masques de protection de type 1). Elle explique comment en confectionner, avec patron. Elle déconseille les masques en tissu. Merci pour les liens pour la confection des blouses. Un médecin qui coud.

  • Et bien voilà qui est enfin clair, car on lit tout et n’importe quoi sur le net ! Merci de ses recherches sérieuses. Je connais des infirmières libérales et je vais leur faire des masques en tissu en bonne et du forme. Merci encore !

  • Félicitations pour votre travail d’investigation et le sérieux de vos références ; je suis désespérée par ce que je lis sur les réseaux sociaux concernant les masques en tissu lavables. J’ai effectué des recherches sur ce sujet depuis le 15 mars y compris sur des sites anglophones notamment asiatiques et tous sont unanimes:il FAUT porter un masque appelé dans cette région du monde MASQUE DE COURTOISIE terme que nous devrions utiliser pour le différencier des masques médicaux.Si vous avez la curiosité de regarder d’autres médias que les français, vous verrez qu’à Singapour par exemple, tout le monde à l’extérieur de son domicile porte un masque. Le principe est de protéger les Autres et ce faisant nous nous protégerions tous! A défaut d’avoir été testé, qui peut se revendiquer sain puisque ce virus peut être asymptomatique mais contagieux…Cette notion, selon nos autorités sanitaires doit être trop difficile à expliquer en France.Si effectivement l’AFNOR a édité un guide détaillé de 36 pages plus accessible aux professionnels de la confection qu’au commun des mortels, notamment en ce qui concerne les matériaux efficaces, il ne va pas jusqu’à donner un exemple type d’une confection DIY adaptée au plus large public. Je trouve extrêmement regrettable que ce ne soit pas le ministère de la Santé qui l’ait réalisé depuis le 27 mars.Mes plus sincères félicitations.

  • Bravo et merci Johanna pour cette étude nécessaire.
    J’ai voulu me lancer dans la confection et je me suis ravisée.
    Vous m’avez remotivée !

  • Merci pour cet article qui semble complet. J’ai fait un exemplaire de chaque modèle qui circule sur le net, mais c’est celui à trois plis qui semble le plus facile à porter et quand même un peu protecteur.
    Merci pour votre patron en plusieurs tailles : j’apprécie !

  • bonjour, J’ai du molleton Vlieseline H630. Est-ce que ça convient pour faire office de « filtre » pour un masque lavable ?

  • Bravo et merci pour cette étude . Je m’y mets dès demain car jusqu’alors je doutais de l’utilité.
    Ce soir grâce à vous je n’hésite plus.

  • Bravo, enfin un résumé clair-net-précis! je suis prof de couture et recrutée par un groupe solidaire pour coudre des masques pour le CHU de bruxelles … toutes les infos mauvaises /contradictoires qui circulent peuvent être dangereuses et très perturbantes (on est déjà assez perturbé pour le moment). Merci pour cet article.

    • Pour compléter ce post déjà bien fourni, je renvoie à l’article de Couture et Paillettes, très complet en particulier sur le filtre.
      Je suis soignante dans un établissement, un hôpital pour enfants, dont un service à été reconverti Covid, et nous allons nous aussi bientôt être en rupture de stock. Nous allons donc nous lancer dans l’auto production, au moins pour les personnels ne réalisant pas d’actes très contaminant, afin de préserver notre précieux stock de vrais masques techniques.
      Si d’autres soignants me lisent, ayant réalisé un prototype de chaque modèle présenté dans l’article de Couture et Paillettes , je confirme que je recommande le modèle belge pour la production de masse. C’est le dernier présenté dans le post. Plus rapide à produire que le modèle de Grenoble, plus adaptable aux différentes morphologies de visages, sans perforation sur le devant comme le 1er modèle avec sa couture centrale.
      Alors cousons, cousons, et cousez surtout, afin que les masques chirurgicaux et surtout Ffp2 aillent aux soignants qui en ont un besoin VITAL, plutôt que d’alimenter les trafics. Et finissent le plus souvent en vrai gâchis sur le nez des badauds qui ne savent pas s’en servir. On neTOUCHE PLUS un masque lorsqu’il est posé sauf pour le jeter, ou le laver, s’il est en tissu. On ne porte pas son masque pendouillant autour du cou, pour le remettre en place uniquement quand on se trouve face à quelqu’un, en tripatouillant inévitablement sa face externe contaminée bien sûr, etc, etc. Et puisque j’y suis, on ne met pas de gants non plus, sauf profession particulière. Le virus ne penètre PAS par les mains, il est transporté par elles jusqu’aux portes d’entrée, bouche, nez, yeux. Donc, des mains lavées, c’est mieux que des gants contaminés avec lesquels on se touche inconsciemment le visage quand on n’a pas l’habitude.
      Portez-vous bien, cousez chez vous, pour que vous n’avez pas à venir chez nous. Merci de votre soutien

  • Merci pour cet article. Je suis infirmière et j’en ai cousu pour ma famille et toutes mes collègues pour palier a la non livraison de masques si jamais ça devait arriver, ça sera mieux que rien…je ne travaille toutefois pas en institution mais au domicile de personnes âgées.

  • Bonjour et merci pour ces explications précises et documentées. Avez vous pensé à mettre du PUL ce tissu imperméable mais respirant que l’on utilise pour les protections hygiéniques entre les 2 couches de coton ?

  • Un grand merci pour ton article qui complète celui de Coutures et paillettes, je vais m’attaquer aussi à la couture des masques, et les distribuer à mes amis à l’hôpital, car la pénurie de masque est déjà annoncée…
    Et ça fera une bonne activité à faire avec les enfants

  • Bonjour… je suis la maman de Fleur et sur son conseil j’ au commencé la fabrication de masques avec le patron du CHU de Grenoble…. à l’interreur du voile d’hiver en 4 épaisseurs…(ce n’est pas trop épais et le pharmacien me l’a conseillé…) Je fais ça à la chaîne et ce soir je pense en avoir fait plus de 30…. que je vais donner à la pharmacie et au cabinet médical…. Bon courage à toutes. Ln

  • Merci beaucoup pour cette synthèse. J’en ai fait en mettant de la vlieseline épaisse sur l’une des deux faces. C’est de l’intissé il me semble, et ça n’empêche pas de respirer.
    Source du patron : un article du site de Femme actuelle

    • Bonjour, mois aussi j’ai pensé à la viseline, mais quoi fare lors du nettoyage à haute temperature? Est-ce qu’ella va se coller à l’autre couche de tissu? Merci

      • Peut-être en mettant 2 couches de vieseline face collante contre face collante ainsi elle ne collera pas aux autres couches de tissus… Si l’un ou l’une d’entre-vous a déjà tenté ? Merci !

    • Je suis pharmacien hospitalier, les masques sont mon quotidien en ce moment… Pour information, dans le Grand Est, nous avons reçu un courrier ce matin du CPIAS ( Centre de Prévention des Infections Associées au Soin) qui déconseille fortement l’utilisation de ces masques, autant dire que je n’en ferais pas pour mes collègues… Le sujet est extrêmement compliqué, parce que d’un autre coté je demande aux infirmières d’économiser les masques (et de ne pas les changer aussi souvent que ce qui est recommandé). Merci pour ton article, il est très intéressant!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.